L'actualité de l'archéologie et de l'histoire locale

1521763875
Peintures de la maison dite "romane " rue du collège





Des peintures médiévales sur les plafonds de maisons des 12-13è siècles à Aurillac ?


Voici les vestiges des plafonds d'une maison restaurée il y a peu rue du collège peints au bas Moyen Âge à Aurillac  : qu'en est-il resté ?????  Que sont devenues les peintures du plafond ? Une richesse exceptionnelle (à étudier) sur la vie quotidienne au Moyen Âge ??
Ce sont les rares maisons médiévales qui restent en France intactes. 

Ailleurs ils ont su les préserver :

https://www.youtube.com/watch?v=a3dTX4mUXD4

Voici un extrait du reportage qui souligne les images spectaculaires, fait par le CNRS:

 "En effet, ces images, sont pour le commanditaire [le propriétaire de la maison à l'époque médiévale] une mise en scène de soi dans son cadre de vie habituel, mais elles sont aussi données à voir à tous ceux qui pénètrent dans ces salles décorées, ancêtres des murs de facebook."

(la vidéo présente palais archiépiscopal de Narbonne, et le château des archevêques à Capestang et plusieurs demeures du beau village de Lagrasse).

1521762702
Fenêtre geminée, parcelle 216 du cadastre à Aurillac, ilot Baldeyrou

La maison romane  de l'ilot Baldeyrou à Aurillac


On peut y observer ces fenêtres géminées  visibles sur une maison de la parcelle 216 à Aurillac par exemple.

Dommage, une première maison dite "romane " a déjà été détruite rue des frères alors quelle possédait des coussièges, des placards significatifs de la période du bas Moyen Âge etc.  I

1521746730
Céramique du Cantal du bas Moyen Âge

En préparation :

une étude sur "la céramique du Cantal, 40 ans de recherche", par Jean-Philippe Usse, Annie Rassinot et Jehanne Turpin.

Voir aussi l'onglet "étude céramique"


Image ci-contre

Une céramique du Cantal du bas Moyen Âge : panse de forme globulaire façonnée au colombin puis lissée, au dégraissant micacé, bord semi tourné. Pas de trace d'engobe, aucune décoration, pas de anse. La cuisson est réductrice.

Diamètre du col : 18cm.

Aucune trace de suie, fabrication locale découverte dans un site du bas Moyen Âge.

Jehanne Turpin, master II en archéologie, assure actuellement l'inventaire des collections de de tessons de céramiques découvertes lors de prospection et de chantiers de fouilles archéologiques pour les périodes médiévales dans le Cantal.

1521743211
La recherche archéologique dans le Cantal (RHA 2018-1 et 2)
1511695382


les Presses universitaires Blaise Pascal


Parution à ne pas manquer dans  en histoire médiévale dans la collection ÉTUDES SUR LE MASSIF CENTRAL en octobre 2017 : l'ouvrage collectif Étude sur l’administration d’Alfonse de Poitiers dans la terre d’Auvergne, Édition critique de la thèse soutenue par l’auteur à l’École nationale des chartes en janvier 1911


Communication des PUBP :

"Sous la direction de Bernadette Fizellier-Sauget, Gabriel Fournier et Rémy Roques

Cette thèse, soutenue par Pierre-François Fournier en janvier 1911 à l’École nationale des chartes, était restée inédite à ce jour, notamment en raison de la première Guerre mondiale. Parvenue sous la forme d’un unique exemplaire manuscrit, conservé par son fils Gabriel Fournier, elle est composée de 167 feuillets qu’il a fallu transcrire et quelque peu actualiser, en fonction des publications parues depuis un siècle. Ainsi, elle offre aux historiens des institutions et des pratiques de gouvernement du XIIIe siècle, ainsi qu’au public féru d’histoire locale, une moisson d’informations et de savantes dissertations, replacée dans le contexte actuel de la recherche. C’est également l’occasion de présenter la méthode de travail d’un chartiste tout au long du XXe siècle, puisque Pierre-François Fournier, après avoir travaillé à la Bibliothèque nationale, fut directeur des Archives départementales de la Haute-Loire en 1922, puis de celles du Puy-de-Dôme de 1924 à 1949, directeur de la IIIe circonscription des Antiquités historiques d’Auvergne de 1942 à 1964, tout en étant conservateur des Antiquités et Objets d’Art de 1942 à 1965. Il fut également conservateur du musée Bargoin à Clermont-Ferrand de 1947 à 1955.
Grâce au recours à des caractères de couleurs différentes, il est possible de suivre les modifications apportées au texte original que Pierre-François Fournier n’a cessé de corriger pendant toute sa vie, même après la publication en 1959, en collaboration avec Pascal Guébin, du volume des Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers et arrêts de son Parlement de Toulouse.

Bernadette Fizellier-Sauget est ingénieur en retraite du service régional de l’archéologie d’Auvergne – DRAC Auvergne.

Gabriel Fournier est professeur honoraire d’histoire médiévale à l’Université Clermont Auvergne.

Rémy Roques est diplômé de Master d’histoire médiévale de l’université Clermont Auvergne et responsable de la conformité des projets, Groupe La Poste."  (PUBP)

1511108678
1510593191
1509814721
Photo du site de la mairie d'Aurillac (fin octobre 2014 : http://www.aurillac.fr/index.php/thematiques/culture/les-fouilles-saint-geraud?start=6). L'une des découvertes majeures des fouilles de l'îlot Saint-Géraud est la présence de sarcophages monoxyles


Quel sera le destin des sarcophages monoxyles découverts à Saint-Géraud ?


Un grand nombre de sarcophages taillés dans un seul tronc d'arbre, y compris leur couvercle (donc désignés par le terme "monoxyles"), trouvés lors des fouilles préventives (Mozaïque-Archéologie, Nicolas Clément étant le directeur des fouilles) ont été découverts, dans un parfait état de conservation, grâce à l'eau de la nappe phréatique dans laquelle ils baignaient. Leur découverte est du plus haut intérêt du fait de leur exceptionnel état de conservation. Leur étude pourrait permettre un  étalonnage pour la dendrochronologie puisque les arbres dans lesquels ils ont été taillés sont quasi entiers. Depuis qu'ils ont été exhumés de ce milieu humide ils sont conservés simplement dans l'eau.

Ils appartiennent pour moitié à L'office HLM Logisens et pour l'autre à l'État. L'un et l'autre n'ont pas pris pour l'instant de décision sur leur devenir. Le coût de la conservation serait d'environ 20 000€ par sarcophage. La municipalité serait intéressée pour en faire restaurer deux ou trois, mais n'a  pas pour l'instant dégager de budget pour le faire.  Le classement de ces sarcophages au titre des AOA (Antiquités et Objets d'Art) permettrait d'obtenir des financements publics de l'État et soulagerait le budget consacré à cette opération par la commune. Ce fut le cas pour le sarcophage paléochrétien en marbre découvert à Arpajon-sur-Cère en 1988. A l'époque la SARA s'était occupée du classement avec le conservateur des AOA (Antiquités et Objets d'Art), en coopération avec le directeur du service régional de l'archéologie de la DRAC Auvergne. Une restauration avait suivi,co-financée par la commune et l'État au titre des AOA.

La SARA va tenter la même démarche pour ces sarcophages monoxyles inestimables d'Aurillac auprès de l'actuel conservateur des AOA et du directeur du Service Régional de l'Archéologie (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), pour éviter la destruction de ces précieux témoignages des premiers temps du bourg d'Aurillac.

Légende de la photo ci-dessus :

(Source : http://www.aurillac.fr/index.php/thematiques/culture/les-fouilles-saint-geraud?start=6): L'une des découvertes majeures des fouilles de l'îlot Saint-Géraud est la présence de sarcophages monoxyles d'époque carolingienne. Ce cliché montre une cuve en fin de fouille, après le prélèvement des ossements humains encore conservés dans ce sarcophage. Ce sont l'état exceptionnel de conservation et la densité de ces contenants funéraires qui font l'originalité de cette découverte unique en France.

- 1 - - 2 - - 3 - - 4 - - 5 -